Arts médiatiques

L’élève démontre une compréhension nuancée des arts médiatiques en exploitant les matières artistiques d’origine et en faisant un usage plus ciblé, c’est-à-dire dans un contexte d’art numérique et en réseau, des quatre principes qui régissent la création d’œuvres médiatiques : l’hybridation, l’interactivité, le rythme, et le point de vue. Elle ou il utilise l’hybridation pour jumeler de façon novatrice le langage d’une matière artistique d’origine avec celui des arts médiatiques et travaille le métissage d’éléments et de principes, de modes d’expression et de formes avec des pratiques en arts médiatiques. Sur le plan de l’interactivité, l’élève engage un dialogue avec la machine à titre d’utilisateur et par la machine à titre de créateur d’œuvres: naviguer sur un site Web est le premier niveau d’interactivité tandis qu’intégrer la présence obligée de la spectatrice ou du spectateur à la création de son œuvre en est un autre. Il s’agit d’un haut niveau d’interactivité puisque la spectatrice ou le spectateur devient, en quelque sorte, coauteur de l’œuvre dans le temps et l’espace. Dans son utilisation du principe rythme, l’élève travaille le découpage et s’intéresse au déroulement temporel d’un assemblage quelconque (p. ex., visuel, sonore) : c’est un principe qui tient compte de l’élément temps en mesurant et en manipulant la durée. Dans son utilisation du principe point de vue, l’élève fait référence à son intention artistique et aux façons avec lesquelles elle ou il positionne la spectatrice ou le spectateur : vue de face, vol d’oiseau, contre-plongée ou points de vue multiples et simultanés dans le temps et l’espace.